Mardi 6 juin 2023 - PROJECTION-DÉBAT : sur les méga-bassines, les enjeux, les mobilisations

Projection du film DE L’EAU JAILLIT LE FEU (2023) suivie d’un débat avec

  • Adeline et Mathieu, de Bassines Non Merci,
  • Claire Laval, agricultrice, représentante de la Confédération paysanne Nouvelle-Aquitaine au CESER (Conseil Économique, Social et Environnemental Régional)
  • Philippe Poutou, conseiller municipal de Bordeaux, engagé dans la lutte contre les méga-bassines.

Achetez vos places à l’avance au cinéma, à partir du Samedi 27 Mai
collectif.bassines.non.merci@gmail.com

DE L’EAU JAILLIT LE FEU
Fabien MAZZOCCO - documentaire France 2023 1h16mn - avec Julien Le Guet, Nicolas Cotrel, Jean-François Qété, Bernard Preuss, Patrick Picaud, Jean-Jacques Guillet, Thony Martins et Amandine Pacault...

« De l’eau jaillit le feu nous parle de la lutte contre les méga-bassines. Il suit la résistance de citoyens et citoyennes qui s’opposent depuis des années, voire des décennies, aux décideurs et aux groupes de pression qui n’ont comme seule proposition aux défis climatiques que la perpétuation de la politique du pire. À travers leur mobilisation, ce sont certaines des questions les plus cruciales de notre époque qui se dessinent. Alors que s’accélère la crise climatique, comment mieux protéger nos territoires et notamment les ressources en eau, bien commun précieux et liant social par excellence ? Comment penser une agriculture durable et au service du plus grand nombre ? Par qui les décisions qui influencent humains et non-humains pour des siècles doivent-elles être prises ? Et au bénéfice de qui ? Ces questions, le film les pose directement à celles et ceux qui inventent les réponses dans le bassin versant de la Sèvre niortaise et du Marais poitevin.

Mais ce documentaire est d’abord un film sur le marais lui-même, sur celles et ceux qui l’habitent et en sont les gardien·ne·s. Il montre en quoi ce lieu a constitué le terreau fertile pour qu’émerge une lutte comme celle que nous connaissons aujourd’hui. Le marais Poitevin, deuxième plus grande zone humide de France, est une terre vivante, dynamique, peuplée d’humains et non-humains qui interagissent au gré des fluctuations du territoire.
Le film cherche donc à documenter des situations précises dans le marais à travers le regard et la sensibilité des personnages filmés. Ici Bernard désabusé dans son ruisseau asséché, là Julien enchanté de naviguer sur la crue, l’essence même du marais ; là encore Thony qui compte les centimètres d’eau restants dans le fossé dans lequel ses vaches viennent s’abreuver.

Depuis l’annonce de ce nouveau projet de bassines en 2017, la contestation est vive et ne cesse de s’amplifier. Aujourd’hui, cette lutte atteint une intensité inimaginable, dépassant même les frontières nationales. Lors du dernier rassemblement à Sainte-Soline, ce 25 mars 2023, et face à l’acharnement des forces de l’ordre protégeant une forteresse, qui n’était alors qu’un cratère vide, plus de 4000 grenades ont été tirées sans sommation sur les 30 000 manifestant·e·s sur place. Le soir de cette terrible journée, plus de 400 blessé·e·s sont compté·e·s dans les rangs des manifestant·e·s dont 2 en urgence absolue.
Si la mobilisation contre les bassines agglomère aujourd’hui un grand nombre de sensibilités différentes, elle naît de liens sensibles au marais avec son lot d’émerveillement et de désillusion. C’est à travers l’accumulation de ces petites colères, de ces désenchantements, mais aussi de ce sentiment d’impuissance que se renforce le mouvement de résistance. De l’eau jaillit le feu propose un contre-discours à celui des dominants et des porteurs de projets qui divisent le mouvement d’opposition aux bassines en deux clans, des manifestants et manifestantes de bonne figure d’un côté, tolérés car inoffensifs, et d’autres qui seraient d’ultra-violents radicaux, cagoulés, black block, écoterroristes et autres trouvailles sémantiques… Le film montre plutôt comment, devant l’acharnement des décideurs et face à l’urgence de notre époque, de nombreux militant·e·s acceptent aujourd’hui des formes d’action qu’iels n’auraient pas envisagées hier.
Ce film est une tentative de donner la parole aux militants et aux militantes, ainsi qu’aux libellules, aux grenouilles, aux nénuphars et aux potamots, à tous ces habitants du marais qui imaginent aujourd’hui une nouvelle manière de vivre ensemble. »

Sources : Cinéma Utopia Bordeaux

AgendaTous les événements

  • Source : Attac 33

    Place de la Bourse à Bordeaux